Un entretien avec Liz Greene, par Nicholas Campion

Vivre avec Pluton (2)

 

L’article original est apparu dans le magazine astrologique Américain "The Mountain Astrologer" (Dec/Jan 2002). L’édition est encore disponible sur leur site Web www.mountainastrologer.com

Partie 1, Partie 2, Partie 3, Partie 4

Nick Campion: Depuis la seconde guerre mondiale, notre expérience astrologique de Pluton était entièrement colorée par son long sextile avec Neptune; il y a quelques années, Neptune et Pluton se sont déplacées dans le Verseau et le Sagittaire, respectivement. A ce moment, vous faisiez remarquer à la conférence AA en 1997, que Pluton en Sagittaire coïncidait avec le début du Romantisme vers le milieu du 18eme siècle, et dans "Relating", vous dites que chaque nouvelle ère apporte avec elle ses héros. Vous mentionniez Goethe, Swedenborg et d’autres comme les héros produits lors de cette période.[8] Est-ce que vous avez une idée de qui pourraient être les héros du temps présent, ou de ce à quoi ils pourraient ressembler?

Liz Greene: Buffy l’assassin vampire?

Nick Campion: Oui.

Liz Greene: Vous pensez que je plaisante?

Nick Campion: Non, vous avez juste posé le doigt sur quelque chose de très présent: l’étonnante fascination pour les mystères sombres et l’occulte à la télévision, allant de Buffy à X-files en passant par toutes les copies du genre.

Liz Greene: Il y a beaucoup de sagesse dans Buffy. Le royaume plutonien qui est décrit dans la série est quelque chose de principalement mauvais, ce qui est une perspective très limitée. Mais c’est la manière avec laquelle le monde plutonien interfère avec la vie ordinaire qui rend le programme si original. C’est une des manières de travailler avec ce genre de chose. Il y a une acceptation du fait que c’est une partie de la vie. Donc nous avons l’absurde juxtaposition de vampires faisant irruption dans un lycée américain, encore que ce soit en fait ce que fait Pluton. Ce n’est pas autre chose d’autre que vous devez déterrer – c’est présent partout. Comme les vieux contes que l’on disait autrefois, ce genre de programmes sert quelque dessein psychique. C’est pourquoi les gens les regardent: ils présentent les schèmes intérieurs d’une manière assimilable, intéressante, et amusante – et vous ne réalisez pas qu’ils proposent des solutions tout en nous distrayant. Ils sont l’équivalent moderne des contes de fées. Des héros modernes, cependant – je n’en ai pas vu récemment.

Nick Campion: C’est difficile, n’est-ce pas, parce que nous vivons dans l’age de l’anti-héroïsme.

Liz Greene: : Absolument. Je ne crois pas que nos héros du moment puissent être reconnus comme tels. Pas avec Neptune/Uranus en Verseau. Nous n’aimons pas les héros; ils sont "politically incorrect ". Nous devons les trouver dans la télévision, les films et les romans.

Nick Campion: Alors, qu’est-il arrivé à la génération "moi-je" du Pluton-en-Lion? Est-ce que nous sommes ici devant quelque chose comme "Je peux être un héros moi aussi, et c’est pourquoi je ne reconnaîtrai pas votre héroïsme"?

Liz Greene: Non, je pense qu’ils sont ceux qui créent des séries comme les X-files et Buffy. Ce sont eux les gens de Pluton-en-Lion. Cette manière qu’a la génération Pluton-en-Lion de contribuer à la survivance de la nature, cette détermination à ce que la vie continue en dépit de toutes les bizarreries, est une confirmation de la puissance créative individuelle. Ils le font encore aujourd’hui. Ils le font différemment des Pluton-en-Vierge et des Pluton-en-Scorpion. Les groupes générationnels, comme Pluton traverse les signes, décrivent ou sont une signature de la manière avec laquelle l’instinct de survie - cette pièce de la nature originelle dans l’individu – s’énacte lui-même lorsque une crise survient et que la personnalité individuelle n’est plus adaptée ou se trouve débordée. A ce moment, vous verrez Pluton surgir.

Nick Campion: Que pensez-vous de ce qui advient à la génération Uranus-Pluton? Ce sont ceux qui sont nés durant l’ère Hippie, et je me souvient la période de désillusion dans les années 70, quand tout le monde disait: "l’ère hippie n’est parvenue à rien". Mais, bien sûr, les hippies ont eu des enfants.

Liz Greene: Oui.

Nick Campion: Et ces enfants sont tous à présent dans leur quarantaine. Les Punks sont en train de devenir des grands-parents. Je devine que nous les considérons comme la "génération ordinateur".

Liz Greene: Ils sont dans leur trentaine finissante. Ils n’ont pas encore eu leur opposition d’Uranus. Oui, ils sont la génération ordinateur, mais je pense qu’ils sont aussi très impliqués dans un des grands thèmes des années 60 – tentant de revenir à la nature, au produits naturels, aux cycles naturels, et l’harmonie avec la Terre. Ce n’était pas tant de l’anti-technologie que de l’anti-industrialisation, et ce thème est certainement en train d’émerger de ce groupe Uranus/Pluton. Toute cette prise de conscience sur ce que vous mangez, et le mouvement de la nutrition biologique, proviennent en réalité de cette génération. Il semble bien qu’ils soient en train d’y parvenir au niveau mondial, et ils n’ont pas encore fini. Ils ne sont même pas réellement parvenus aux postes d’autorité que l’on pourrait attendre dans la quarantaine finissante, ou au début de la cinquantaine, quand les gens commencent à obtenir des postes importants au gouvernement. Nous devons encore attendre pour observer ce qu’ils pourront faire de plus.

Nick Campion: Et après eux viennent les enfants qui ont maintenant 20 ans, qui sont nés avec la conjonction Saturne/Pluton en balance, et qui je le devine comptent parmi les protestataires qui découlèrent de l’organisation mondiale du commerce et des conférences autour du FMI.

Liz Greene: Oui.

Nick Campion: Le cycle Saturne/Pluton est également très lié à l’indépendance de l’Inde et d’Israël dans les années 1940: Deux anciennes cultures, les Hindous et les Juifs, virent leurs états restaurés. Est-ce que vous percevez des influences archaïques similaires au travers des individus Saturne/Pluton?

Liz Greene: Je pense qu’ils portent un long passé derrière eux, ou qu’il y a une conscience de ce long passé. La conscience historique n’est pas une composante que tout un chacun intègre dans sa vision du monde. Certains s’accommodent très bien de son absence. Saturne/Pluton semble refléter une conscience de cette histoire bien plus longue, qui remonte au passé via des cycles, des morts et renaissances, des métamorphoses. Une partie de sa grande force potentielle réside dans cette connaissance instinctive de la pertinence de l’histoire et dans ce savoir que quoique que vous construisiez historiquement, cela mourra un jour.

Nick Campion: Cette idée que tout ce que vous construisez à un certain moment disparaîtra un jour pointe sur le concept de croissance et de chute des cultures, en accord avec les ères astrologiques. Dans "Relating", vous expliquez au sujet de l’ère du Verseau, comment Dieu – les dieux – sont à présent en nous-même, et non plus à l’extérieur de nous, et que la science est une manifestation Verseau.[9] Il semblerait, personnellement, que vous pourriez être dépeinte comme une humaniste, en ce sens que nous sommes à présent au centre des choses. Il y a également un relativisme culturel, peut-être implicite dans les idées New Age, proclamant que chaque ère possède sa propre version de la vérité et aucune n’est nécessairement supérieure à une autre.

Liz Greene: Je ne pense pas que les ères astrologiques soient en ce sens plus réelles que n’importe quel autre concept. Mais elles semblent représenter un virage concernant la définition des plus haute valeur de l’humanité, qu’on l’appelle par Dieu ou autrement, et aussi un virage concernant les manières utilisées pour énacter ces perceptions. Donc, je ne crois pas qu’une ère soit meilleure qu’une autre au sens ou elle serait plus vraie. Dans le monde antique, les dieux étaient perçus comme étant "ailleurs", et ils intervenaient dans la vie des hommes. Il nous est difficile de définir les dieux de cette façon aujourd’hui. Cela n’implique pas une meilleure perception consciente de la vérité. C’est seulement ce que nous percevons comme étant la réalité aujourd’hui. Il y a une fragmentation et une décomposition des attributs de la divinité vers quelque chose "d’extérieur" vers laquelle nous pouvons adresser nos prières. Cette décomposition semble causer beaucoup de troubles, d’anxiété et de peurs, et la réponse est une constellation des opposés: le fondamentalisme rigide. C’est une vision prométhéenne dans laquelle les êtres humains sont l’alpha et l’oméga – où tout réside en nous.

Que cela soit vrai ou non est la mauvaise question. Il semble que ce soit ce avec quoi nous vivons, et ce avec quoi nous coexisterons pour une grande période à venir. Nous ferons sans aucun doute un absolu mélange de ces ingrédients pendant une longue durée, car cela engendre une énorme arrogance. A chaque évolution dans la perception de la déité nous perdons quelque chose. Nous gagnons une nouvelle perception et nous perdons quelque chose de très précieux. La question semble donc se poser en ces termes: "Pouvons nous retenir quelque chose de valeur de nos perceptions passées, tout en permettant à une nouvelle forme perceptive de faire son entrée?", plutôt que de tirer un trait et de dire "nous allons nous débarrasser de ce vieux système." La chrétienté tenta de se débarrasser de la vision païenne du monde, d’une manière très brutale, et, je crois, paya un prix terrible pour cette exclusion de ce qui faisait valeur dans la précédente vision du monde. Nous sommes dans une position similaire aujourd’hui

Nick Campion: Alors, quand vous écrivez dans "Astrology for Lovers" que, en tant qu’individus, nous croissons constamment vers quelque chose [10], pensez-vous que la société humaine croisse vers quelque chose? A partir de ce que vous venez de dire, je déduis que vous vous sentez tout à fait neutre au sujet de ce "croître-vers-quelque-chose", et ce vers quoi nous allons n’est pas nécessairement meilleur que ce que nous laissons.

Liz Greene: Cela pourrait être meilleur, mais je ne pense pas qu’il y ait une sorte de dictat disant qu’il en sera certainement ainsi. Si c’est le cas, cela pourrait bien d’avantage être du à notre potentiel plutôt qu’avec quelque grand dessein de l’évolution. Mais c’est un peu comme la vie humaine. Avec le temps et l’age, vos expériences commencent à devenir cycliques, et vous commencez à réaliser que vous êtes déjà passé par là autrefois. Cela peut produire quelque chose de meilleur en terme de sagesse ou de mieux savoir naviguer dans la vie, ou encore de les gérer avec plus de créativité. Ou bien cela peut simplement rendre les gens amers et plus destructeurs, car ils deviennent comme fous quand ils réalisent qu’ils sont déjà passés par là. Je pense qu’il y a un potentiel pour une belle évolution, mais je ne pense pas que cela soit donné, et je ne suis pas du tout convaincue qu’il y ait un plan. C’est quelque chose que nous pouvons réellement faire nous-même, si nous sommes suffisamment intelligents pour cela.

Nick Campion: J’ai été frappé par votre attaque sur les gurus du New Age, dans Neptune.[11] J’ai trouvé intéressant, alors que le monde extérieur qualifie tous les astrologues comme membres du New Age, et de ce fait légèrement farfelus, d’avoir ici un astrologue qui en réalité critiquait les excès des gurus.

Liz Greene: J’ai toujours aimé la ligne de John Cooper Powys: "Le diable est tout dieu qui commence par une stricte obéissance." Toute autorité peut devenir le diable, que ce soit un spirituel "New Age" sous la forme d’un gourou, un religieux orthodoxe sous la forme d’un Pape, ou un scientifique sous la forme d’une figure académique incontestée, ou politique quand nous commençons à abandonner notre capacité de discrimination.

" Vérité" est un mot terrible car elle dépend vraiment de qui l’utilise. Si nous abandonnons la nécessité de combattre individuellement pour découvrir ce que la vérité signifie pour nous, alors nous devenons vraiment stupides. Je n’ai pas réellement attaqué les gourous en tant que tels. Vous pouvez faire de votre médecin un gourou. Vous pouvez faire de votre gouvernement un gourou, comme les russes le firent pendant l’ère Soviétique, et c’est ce que font beaucoup de gens avec le gouvernement britannique aujourd’hui. Vous pouvez faire un gourou de n’importe quoi si vous voulez être un enfant ayant besoin d’un parent qui a réponse à tout. Je ne pense pas que cela ait un quelconque rapport avec le "New Age". Je pense que cela est en rapport avec l’être humain qui ne veut pas investir dans tout ce dur travail. Nous sommes des créatures fondamentalement paresseuses, et la dépendance aux gourous est seulement une manifestation de notre paresse.

Nick Campion: Vous avez dit autre chose à propos de l’Ere du Verseau dans l’un des séminaires sur "Les planètes externes et leurs cycles.[12] Quelqu’un vous a demandé quand l’Ere du Verseau allait commencer, et vous avez dit: "Autant que je sache, l’Ere du Verseau a commencé Mardi dernier," ce qui, j’ai pensé alors, résumait bien le ridicule besoin qu’ont certaines personnes de certitudes absolues.

Liz Greene: Oui tout à fait.

Nick Campion: La personne membre de l’audience, à propos, répondit: "Je ne peux m’empêcher d’être désappointée par ce que vous dites".

Liz Greene: Oui, cela m’arrive souvent. Quelqu’un est toujours très désappointé si je ne donne pas une réponse exacte. Oh, mon Dieu!

Nick Campion: Vous pourriez être candidate pour devenir gourou.

Liz Greene: Pour beaucoup, oui. J’ai des clients qui essayent de faire de moi un gourou, et je désespère, car je sais depuis le début que si quelqu’un vient pour un thème avec ce genre de mentalité, quoique je leur donne, ils seront désappointés car cela ne sera pas La Réponse. En fait, je m’efforce d’éviter les clients qui viennent avec cette mentalité, car je ne le souhaite pas.

Nick Campion: Pouvez-vous le savoir à l’avance?

Liz Greene: Habituellement, oui. C’est un certain ton. Si je demande au téléphone, "Pourquoi voulez-vous faire faire votre thème?" Je peux assez rapidement l’identifier. Parfois, c’est OK, mais la plupart du temps, si quelqu’un recherche un gourou, ils ne recherchent pas ce que l’astrologie peut leur apporter d‘utile. Ils recherchent un parent/déité qui les rassurera et leur donnera les réponses leur permettant de ne plus être effrayés. Bien que j’ai beaucoup de compassion pour cet état – nous y passons tous d’une manière ou d’une autre – ce problème n’est pas l’affaire de l’astrologie. Les profonds éclairages qu’offre l’astrologie vont dans l’autre sens. Tous pointent sur le même constat: "Il faut s’y mettre. Prends ta vie en main et travailles la." Ces éclairages ne fournissent pas de réponses cosmiques. Je pense que tout astrologue qui utilise l’astrologie pour fournir des réponses de ce type ne fait pas son boulot de manière très réaliste.

 

* * *

Partie 1, Partie 2, Partie 3, Partie 4

© 2001 Nicholas Campion - all rights reserved

Nick Campion est l’ancien président de l’association Astrologique de Grande Bretagne. Il a débuté l’étude de l’astrologie vers le début des années 1970, et enseigne cette discipline depuis 1980 pour l’Institut Camden de Londres, la Faculté des Etudes Astrologiques, et plus récemment pour le Kepler College. Il est aussi actuellement étudiant diplômé dans le département d’Etude des Religions à Bath Spa University College, en Angleterre. Nick a gagné le prix Marc Edmund Jones en 1992, le prix Georges Antares en 1994, et le prix Spica pour l’Excellence Professionnelle en 1999. Sa bibliographie comprend "Astrologie Mondaine" (Mundane Astrology) et "Le livre des horoscopes du monde" (Book of World Horoscopes). Des informations sur ces livres sont disponibles sur son site Web: www.nickcampion.com

 

[8] Liz Greene, Relating: An Astrological Guide to Living with Others on a Small Planet, London: Coventure, 1977, p. 164.

[9] Ibid., pp. 224-225.

[10] Liz Greene, Astrology for Lovers, London: Unwin, 1986, p. 119.

[11] Liz Greene, The Astrological Neptune and the Quest for Redemption, York Beach, ME: Samuel Weiser, 1996, pp. 244-254.

[12] Liz Greene, The Outer Planets, p. 172.

 

Traduction de Volodia Rudinovy

Planètes actuelles
16-sep-2014, 09:26 TU/GMT
Soleil23Vierge26'40"
Lune26Gémeau56'21"
Mercure19Balance10'14"
Vénus13Vierge13'47"
Mars1Sagittaire39'31"
Jupiter13Lion14'50"
Saturne19Scorpion11'17"
Uranus15Bélier21'21"r
Neptune5Poissons42'23"r
Pluton11Capricorne0'25"r
Noeud Vrai19Balance34'53"r
Chiron15Poissons0'21"r
Explications des symboles
Carte du ciel du moment
Perspectives à long terme, de Liz Greene
Publicité
Loading